C’est sûr, demain j’arrête.

C’est sûr, demain j’arrête. J’arrête, je lui dis tout. Ça fait des semaines que ça dure. Des semaines que je lui fais ses devoirs, que je lui fais ses courses, que je lui porte son sac. Des semaines qu’elle me demande de tout lui faire. Des semaines…

Mais ça suffit, je n’en peux plus, je suis au bord de la mort avec ses conneries! Courbatures, ampoules aux pieds, aux mains, fatigue… On dirait un zombie. Non, vraiment, trop c’est trop!

(R)évolution

(R)évolution

C’est pour ça que, demain, j’arrête. Plainte. Coup de gueule. Scandale. Mutinerie. Révolte. Coup d’état! Elle fera moins la maligne celle-là! Je peux déjà imaginer sa tête: visage pâle, yeux écarquillés, bouche béate -d’où un léger « mais… » en sortira- et son énorme, horrible, et minable sac de plomb tenant fragilement dans ses bras. Ah! Elle va comprendre la douleur cette feignasse! Elle va comprendre que la vie ne résume pas à faire faire le sale boulot aux autres sans rien leurs donner en retour. Elle va comprendre le sens du mot Révolte. Ah elle va comprendre!

Demain donc… Demain est le grand jour, le Jour J, le D Day! C’est sûr, demain j’arrête!

[La radio, basse, est allumée]

« Tiens, je ne savais pas que Lady Gugu avait fait une chanson avec Will.U.Are. Aaah mais c’est la nouvelle chanson It’s an old day… Ah… Non… C’est la sonnerie de mon portable… »

-Allô?

-…

-Oui.

-…

-Demain?

-…

-Ok, pas de problème!

-…

-A plus!

C’était elle. Demain elle va en ville. Demain je lui porte ses sacs.

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]

La fac de langues

Petite précision sur mon parcours : j’ai passé un baccalauréat scientifique en juin 2009. En toute logique j’ai ensuite décidé d’étudier l’anglais. De toute façon avec un bac S je vois pas ce qu’on pourrait faire d’autre qu’une fac d’anglais c’est le continuum logique. Alors que ceux qui tentent de faire une fac de maths, de bio, ou de chimie, avec un bac S ne sont vraiment, vraiment pas bien dans leurs têtes, n’est-ce pas?

Donc, here I am, en première année de licence d’anglais. Je dis bien licence d’anglais, pas LEA. LEA c’est pour les futur(e)s businessmen et businesswomen. Je vais essayer de pas trop raconter ma vie, mais je fais ce que je peux…

Aaaah l’université, quelle belle invention! On se dit que c’est super chouette l’université quand on est en terminale -et je dis pas le contraire- et que, en plus, on va en filière langues et qu’on a entendu par-ci, par-là que le boyfriend de la cousine de la soeur du meilleur ami de Roger est en fac de langues, en anglais, et qu’il n’a pas beaucoup d’heures de cours ce Roger. Alors là tu demandes à Roger combien il a d’heures de cours environ ce type, et il te répond qu’il a 15 heures de cours par semaine. Et à ce moment là tu te dis « Wouaaahh mais c’est le rêve! ».

Et c’est pas des conneries en plus. On a vraiment pas beaucoup d’heures de cours en fac d’anglais. Et au début c’est bien, tu trouves ça bien. Tu découvres la fac (le lycée c’est enfin fini!), tu découvres (le début de) l’indépendance, la ville, la vie.

Emploi du temps de mon premier semestre

Emploi du temps de mon premier semestre

Donc, comme vous le voyez, l’emploi du temps est très aéré. On a donc pleinement le temps de faire nos « devoirs » et de faire plein d’autres choses après! C’est un des avantages il est vrai, ça permet d’avoir un rythme de vie assez posé et de pouvoir se cultiver, de lire, d’aller au ciné, de faire du sport, de procrastiner … (nan ça c’est pas bien, bouh c’est le mal!)

Généralement aussi, en fac de langues les gens sont relativement assez ouverts, en même temps si on est pas ouvert comment voulez-vous apprendre une langue? Pour moi, ça va avec.

Sinon, quoi vous dire d’autre sur la fac de langues… La fac de langues c’est aussi avoir un cours pas très utile, malgré ce que son nom laisse entendre, « cultures européennes », c’est vraiment le cours useless de la première année, même si bon, des fois c’est intéressant. C’est aussi avoir un prof de littérature qui a quoi, allez, bien dans les 70-80 ans, oui oui, et de ce fait avoir un cours de littérature qui n’est ni très vif, ni très dynamique. Mais bon, on fait ce qu’on peut, il est gentil ce Monsieur Littérature, he’s from the USA at least! Et enfin la fac de langues c’est aussi avoir une prof de grammaire qui est, comment dire, cassante, hautaine, qui nous prend pour des m*rdes et que, de toutes façons, quoi qu’on fasse ça sera nul! Vous voyez le genre…

En tout cas, je recommande à tous ceux qui veulent aller en fac d’anglais d’y aller si c’est ce qu’ils veulent. Vous allez voir comme les films en VOSTFR vont vite passer en VOSTEN puis, très vite ensuite seulement en VO, et là c’est que du bonheur!

(Merci pour vos commentaires qui me permettront de m’améliorer, et de faire de meilleurs articles au fur et à mesure que ce blog avance, et Merci pour la lecture! A très vite! See you soon!)

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]

Quand je serai grand…

Quand je serai grand, j’aurai grandi, je serai adulte, j’aurai finis mes études, j’aurai un métier, une copine.

Quand je serai grand, je gagnerai bien ma vie.

Quand je serai grand, je n’habiterai plus en France, mais au Royaume Uni, ou aux Tazunis, je me serai exilé.

Quand je serai grand, j’aurai une belle maison. Dans cette maison il y aura un beau jardin. Dans ce jardin il y aura des enfants qui jouent, qui rient, qui pleurent, qui grandissent.

Quand je serai grand, j’aurai assisté à un tournage, et plus si affinités.

Quand je serai grand, je n’aurai plus de lunettes sur le nez. Chirurgie.

Quand je serai grand, j’aurai des cheveux blancs (encore plus), en signe de sagesse bien-sûr, what else?

Quand je serai grand, je ne sais pas si tout cela sera réalisé, je ne sais pas où je serais, je ne sais pas où je travaillerai, je ne sais pas qui je serais, ni avec qui.

Quand je serai grand, je penserai à tout ce que j’aurais fait dans ma vie, tout ce que je n’aurais pas fait, tout ce que j’aurais dû faire.

Quand je serai grand, je repenserai aux heures passées derrière ce blog à tenter d‘écrire quelque chose. Quelque chose de bon, de pas trop personnel pour que ça soit quand même un minimum intéressant et accrocheur pour les quelques lecteurs de ce blog (by the way, merci à vous chers lecteurs!).

Quand je serai grand, j’espère ne pas me dire que « je n’ai pas assez profiter de la vie et de la jeunesse« .

Quand je serai grand, je repenserais au temps qui est passé si vite.

Quand je serai grand, poils aux dents.

Quand je serai grand, …

J’ai 19 ans, et je ne sais toujours pas ce que je ferai plus tard. Je ne sais pas où je serai dans 10 ans, dans 20 ans, dans 100 ans. Mais je sais une chose, c’est que le temps me glisse entre les doigts, nous glisse entre les doigts.

That's me!

That’s me! Dans ma jeunesse…

Et vous, quand vous serez grand?

(N’hésitez pas à laisser un commentaire pour donner vos avis, conseils… comme d’hab’ quoi :D)

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]