Orelsan – Raëlsan | Un titre mur et travaillé

J’ai découvert Orelsan alors que je n’étais encore qu’un simple collégien -mon dieu que ça passe vite- avec sa vidéo Changement qu’une amie m’avait montré sur Youtube. Depuis il s’est fait connaître, et a parcouru du chemin.

L’homme et l’artiste
Son nouvel album, encore en préparation, Le Chant des Sirènes est prévu pour le mois de septembre 2011. Le premier titre de cet album Raëlsan est sorti le 30 mai avec un très beau clip (je reviendrai dessus).
Je ne dirais pas que c’est un Orelsan nouveau à qui nous avons à faire, non, c’est toujours et très clairement le Orelsan que l’on connait. Mais je le sens muri, et approfondi (en tant qu’artiste, mais aussi en tant qu’homme). Comme il le dit dans sa chanson La peur de l’échec, il ne « s’en bat pas les couilles de ce qui disent les gens », il sait écouter les critiques et prendre du recul sur lui. Deux très bonnes qualités.
La barre est montée plus haut, et ça se sent. C’est une réelle montée en puissance pour Orelsan avec ce titre, et laisse un bon présage pour le reste de l’album.
Un tournant capillaire pour Orelsan, finis le crane rasé. On découvre un beau brun ténébreux, cc Norman Fait Des Vidéos, (et masqué). Quand je regarde le clip je n’ai plus l’impression d’avoir un ado devant moi, mais un homme, un jeune homme, fort, marqué de son expérience, avec ses faiblesses et ses points forts, et qui a « fait du chemin pour devenir lui même ».

@Orel_san: « Maintenant que j’ai sorti un titre j’ai encore plus la pression pour finir cet album! »

Du « changement » donc mais toujours de l’authenticité.

Raëlsan, son jumeaux maléfique?
Ou bienfaisant? Un titre de chanson très intriguant en tout cas au premier abord, et très accrocheur (dû, je pense, à cette semi répétition Orelsan/Raëlsan).
Inculte que je suis, je ne comprenais pas la signification de ce titre, j’ai donc demandé sur Twitter, et une gentille @zylom94 m’a répondu: « Raël cest le gourou dune secte qui croit aux OVNI« , et tout est devenu plus clair. Un mélange, donc, entre Orelsan et Raël. Se prendrait-il pour un extra-terrestre? Un extra-terrestre talentueux alors. Ou est-ce simplement un homme débarqué tout droit du futur?
Raëlsan est une chanson actuelle  (en phase avec la société), mais aussi futuriste (OVNI), et en même temps rattachée au passé (MJ). Je pense que c’est ce mélange qui en fait sa solidité. Cette chanson me met les poils quand je l’écoute. Voilà du rap, du bon rap, avec un texte qui repose sur de très bonnes fondations.
Cette chanson est mure c’est sûr. C’est du rap qu’il faut comprendre, et qu’il faut savoir écouter.
Enfin, Orelsan en profite également pour régler ses comptes avec l’industrie du disque et avec le rappeur Kennedy (qui avait dit « Mon son est sale, normal c’est pas du Orelsan ». Du rap travaillé, bien écrit, et à l’image de son rappeur, des mots crus, comme à son habitude, il n’y va pas par quatre chemins.

Le clip, à travers l’écran
D’un point de vue global, le clip est très beau, très esthétique. Il a été réalisé par David Tomaszewski (il a aussi réalisé le clip La peur de l’échec).
Dans ce clip, on voit Orelsan, quasiment tout du long, qui porte un masque. Ce masque qui m’intrigue beaucoup. Est-ce un masque de super-héros? Un masque de semi-dieu (de « fils d’extra-terrestre)? Un masque pour prendre une autre identité, pour nous montrer que c’est Raëlsan qu’on a devant nous et pas Orelsan? Le masque cache les yeux, il permet de ne pas être reconnu, mais aussi de se protéger des agressions, et/ou cacher ses émotions. Ça rajoute un coté mystérieux en plus du côté extra-terrestre.
Deuxièmement, les télévisions et autres écrans sont présent par milliers dans le clip (bon OK j’exagère). Des écrans géants dans les rues, des télés dans les magasins, dans un bar… toujours pour montrer Orelsan. Comme si il avait piraté les ondes hertziennes, enfin les ondes numériques, pour diffuser un message, son message. On voit ça dans les films souvent. Comme s’il poussait un cri pour dire « ÉCOUTEZ MOI! », comme s’il était là pour nous libérer. Orelsan guidant le peuple, Eugène Delacroix. Un son de révolution?
Deux petites choses pour terminer sur le clip.
On peut voir une image « subliminale » dans le clip vers 2’10, quand il fait référence à MJ on voit (très rapidement) un gant argenté (merci au tweet de @abcdrduson pour l’ avoir repéré).

Et la deuxième chose, vers la fin, ce n’est pas grand chose, mais cette grimace-sourire que fait Orelsan, montre quelque chose. C’est un peu un sourire qui dit « Rira-bien qui rira le dernier », avec une pointe de de fierté. Il peut. Je pense qu’il a réussi avec cette chanson.

Une chose est sûr, Orelsan a eu raison de ne pas quitter le son.

PS: Non je ne porte pas des joggings et je n’ai pas le crane rasé, non je ne suis pas arabe non plus, mais oui j’écoute du rap. Sortons des clichés un peu (et ouvrez vos esprits).
D’ailleurs, je vous invite à lire ceci:  « J’en ai marre de ces arabes au fond du bus et de leur rap de merde ».

Téléchargez Raëlsan au format mp3, cliquez ici: http://bit.ly/orelsan-raelsan-itunes
Visitez son site: Orelsan.tv
Suivez @Orel_san sur Twitter
Label: 3eme Bureau