On fait le bilan.

« C’est fou c’que le temps passe vite »

Et voilà. Ma première année de fac est terminée. J’ai à peine eu le temps de penser « Ça y est j’ai mon bac, je suis désormais étudiant officiel à l’université » que, hop, les deux semestres étaient déjà finis. Fin de la saison 1. Le dernier épisode a été plein de rebondissements. Fin des partiels, confirmation de mon départ en Angleterre, et déménagement -imprévu-. Car oui j’ai déménagé de mon petit 16 mètres carrés Boulevard Béranger. Déménager c’est quoi? C’est ranger, emballer, mais aussi trier. Et ce n’est pas seulement faire le tri dans ses affaires mais aussi dans sa tête. On retrouve des choses bourrées de souvenirs. On se rappelle, on fait le bilan, on se pose des questions.

Qu’est ce que j’ai fait cette année? Est-ce que j’ai changé? Évolué? Qu’est-ce que j’ai appris? Qui et combien de personnes ai-je rencontré? Combien de kilomètres ai-je parcouru en allant à la fac? Combien d’argent ai-je dépensé? Qu’est-ce que je n’ai pas fait que j’aurais voulu faire? Qu’est-ce que je regrette?

Ca cartonne

Ca cartonne

On se dit que tout ce qu’on a vécu pendant environ 9 mois c’est terminé. Ça fait maintenant partie des souvenirs, rangés quelque part dans un tiroir à l’intérieur notre machine à penser. Cependant, les aventures reprennent après la pub (pub de 4 mois): les vacances d’été. Car, oui, en fac d’Anglais on est en grandes vacances dès le mois de mai! Et pour les éventuels jaloux, voilà ce que je leurs dit: « C’est l’jeu ma pauv’ Lucette!« . J’ai donc déménagé in order to me mettre en coloc’ l’année prochaine (je sens que je vais avoir maintes choses à raconter sur ce blog). Et ça, ça va encore être une drôle d’aventure. Surtout que, quand il va falloir chercher un appart’ je ne serais pas en France. La bonne blague. Mais ce n’est pas grave, maman est là (qu’est-ce qu’on ferait sans nos mères hein?). J’en viens donc à la dernière partie qui clôture le dernier épisode de cette saison, mon départ en Angleterre (quelle transition!).  C’est très 3615RTV et j’en suis désolé. Je pars donc vendredi, en Eurostar (on a la classe ou on l’a pas), pour Cambridge. Vendredi ça va être: levé très très tôt, départ pour la Gare du Nord en voiture (merci encore la madre). Gare du Nord, je vais monter dans le train, puis passer sous la Manche, puis arriver à Londres (London pour les bilingouales), puis reprendre un train pour arriver –at last!– à Cambridge où je vais rester jusqu’au moi de septembre! Et tout ça avec je ne sais pas combien de kilogrammes de bagages.

Ensuite, je vais revenir en France, début septembre, enchaîner direct avec la reprise des cours et voilà une autre année qui va commencer sans n’avoir le temps d’expirer.

*Inspiration*

*Expiration*

-C’est bon, on est toujours le 10/05/2010, Ouf-

« Le temps passe et passe et passe
Et beaucoup de choses ont changé
Qui aurait pu s’imaginer qu’le temps serait si vite écoulé
On fait l’bilan calmement en s’remémorant chaque instant »

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]

Publicités

La fac de langues

Petite précision sur mon parcours : j’ai passé un baccalauréat scientifique en juin 2009. En toute logique j’ai ensuite décidé d’étudier l’anglais. De toute façon avec un bac S je vois pas ce qu’on pourrait faire d’autre qu’une fac d’anglais c’est le continuum logique. Alors que ceux qui tentent de faire une fac de maths, de bio, ou de chimie, avec un bac S ne sont vraiment, vraiment pas bien dans leurs têtes, n’est-ce pas?

Donc, here I am, en première année de licence d’anglais. Je dis bien licence d’anglais, pas LEA. LEA c’est pour les futur(e)s businessmen et businesswomen. Je vais essayer de pas trop raconter ma vie, mais je fais ce que je peux…

Aaaah l’université, quelle belle invention! On se dit que c’est super chouette l’université quand on est en terminale -et je dis pas le contraire- et que, en plus, on va en filière langues et qu’on a entendu par-ci, par-là que le boyfriend de la cousine de la soeur du meilleur ami de Roger est en fac de langues, en anglais, et qu’il n’a pas beaucoup d’heures de cours ce Roger. Alors là tu demandes à Roger combien il a d’heures de cours environ ce type, et il te répond qu’il a 15 heures de cours par semaine. Et à ce moment là tu te dis « Wouaaahh mais c’est le rêve! ».

Et c’est pas des conneries en plus. On a vraiment pas beaucoup d’heures de cours en fac d’anglais. Et au début c’est bien, tu trouves ça bien. Tu découvres la fac (le lycée c’est enfin fini!), tu découvres (le début de) l’indépendance, la ville, la vie.

Emploi du temps de mon premier semestre

Emploi du temps de mon premier semestre

Donc, comme vous le voyez, l’emploi du temps est très aéré. On a donc pleinement le temps de faire nos « devoirs » et de faire plein d’autres choses après! C’est un des avantages il est vrai, ça permet d’avoir un rythme de vie assez posé et de pouvoir se cultiver, de lire, d’aller au ciné, de faire du sport, de procrastiner … (nan ça c’est pas bien, bouh c’est le mal!)

Généralement aussi, en fac de langues les gens sont relativement assez ouverts, en même temps si on est pas ouvert comment voulez-vous apprendre une langue? Pour moi, ça va avec.

Sinon, quoi vous dire d’autre sur la fac de langues… La fac de langues c’est aussi avoir un cours pas très utile, malgré ce que son nom laisse entendre, « cultures européennes », c’est vraiment le cours useless de la première année, même si bon, des fois c’est intéressant. C’est aussi avoir un prof de littérature qui a quoi, allez, bien dans les 70-80 ans, oui oui, et de ce fait avoir un cours de littérature qui n’est ni très vif, ni très dynamique. Mais bon, on fait ce qu’on peut, il est gentil ce Monsieur Littérature, he’s from the USA at least! Et enfin la fac de langues c’est aussi avoir une prof de grammaire qui est, comment dire, cassante, hautaine, qui nous prend pour des m*rdes et que, de toutes façons, quoi qu’on fasse ça sera nul! Vous voyez le genre…

En tout cas, je recommande à tous ceux qui veulent aller en fac d’anglais d’y aller si c’est ce qu’ils veulent. Vous allez voir comme les films en VOSTFR vont vite passer en VOSTEN puis, très vite ensuite seulement en VO, et là c’est que du bonheur!

(Merci pour vos commentaires qui me permettront de m’améliorer, et de faire de meilleurs articles au fur et à mesure que ce blog avance, et Merci pour la lecture! A très vite! See you soon!)

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]

Il y a un début à tout.

« Quand on arrive dans une ville on voit des rues en perspectives, des suites de bâtiments vides de sens, tout est inconnu, vierge.

Voila, plus tard on aura habité cette ville, on aura marché dans ces rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ces bâtiments, on aura vécu des histoires avec des gens, quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura pris 10, 20, 1 000 fois. »

Dit Xavier dans L’Auberge Espagnole.

Rue Nationale - Tours

Rue Nationale - Tours

Et oui, pourquoi ne pas commencer tout simplement par le début : mon arrivée à Tours.

14 mars 2009 : Découverte de ma future université in Tours. Aller-Retour dans la journée, soit environ 432km. J’en pouvais plus, j’ai bien dormi ce soir là.

Juillet 2009 : J’ai travaillé dans un centre de loisirs pour me faire un peu d’argent.

3-15 Août 2009 : Petit séjour en Angleterre chez mes cousins, histoires de progresser un peu avant la rentrée.

16-21 Août 2009 : Maman travaille, donc impossible de partir à la recherche d’un appartement, car oui nous sommes fin Août et je n’ai toujours pas d’appart.

22 Août : Direction Tours pour la recherche de mon futur appart. Trèèèèèèèès longue journée à marcher, conduire, regarder la carte où se trouve la rue Jules Charpentier sachant que nous somme Boulevard Béranger et que nous roulons dans la mauvaise direction…, visiter les appart plus miteux les uns que les autres aux 4 coins de la ville. Au soir dernière visite. OUF! Enfin un appart qu’on visite à peu près potable. C’est fait ça sera celui là. Le soir, nuit passée chez ma sœur habitant à environ 45min de Tours.

23 Août 2009 : État des lieux de l’appart. Ayé j’ai les clés!

Début Septembre : Emménagement. Seul. Seul à devoir nettoyer de fond en combles, puis descendre les cartons, puis déballer les cartons, puis ranger le contenu des carton, puis pfiou j’en peux plus j’vais me reposer.

7-11 Septembre 2009 : Semaine dite de « pré-rentrée ». En réalité une semaine bien useless comme on dit chez nos voisins britanniques.

9 Septembre 2009 : J’ai 1 heure de prévu le matin pour « s’initier à l’ENT* ». Réveil 8h45. Et merde! Je dois être à la fac pour 9h, j’ai éteint mon réveil réglé sur 07h50 pendant mon sommeil. Bon bin je suis arrivé avec une bonne demi-heure de retard le temps de me réveiller, me passer de l’eau dans les cheveux, car c’est Bagdad mes cheveux au réveil, et d’aller à la fac à pied.

*ENT : Environnement Numérique de Travail, en gros c’est là dessus qu’on a notre emploi du temps et qu’on reçoit les mails pour nous annoncé que tel prof est absent ou que tel cours est décalé.

23 Septembre 2009 : Le voilà le vrai jour de rentrée. Back to school boys, l’été est réellement fini cette fois!

J’ai mis du temps à me sociabiliser au reste des gens. En fait c’est grâce aux cours d’informatique de fin de semestre que j’ai commencé à parler à mes camarades. Décidément, geek un jour, geek toujours!

Aujourd’hui, 25 février 2010 : Me voilà en train de mettre en place correctement ce blog, que j’ai crée au début de l’année, au lieu d’être à une soirée où l’on m’avait gracieusement invité. Désolé, c’est mon côté autiste.

Voilà pour ce premier article, je vais m’arrêter là j’ai déjà pas mal raconté ma vie. 3615RTV

[tweetmeme source=”Antwhat” only_single=false]